Douleur et hypnose, sous la direction de Didier Michaud

A lire sur artelittera.com

Douleurs neuropathiques et hypnose

L’article Douleurs neuropathiques et hypnose a été rédigé par le Docteur Laurent Balp, anesthésiste-réanimateur à l’unité de traitement de la douleur du Centre hospitalier de Lons-le-Saunier. Il est publié dans l’ouvrage Douleur et hypnose réalisé sous la direction de Didier Michaud, docteur en psychologie. Ce livre est nourri de nombreux écrits produits par des chercheurs dans le domaine de la médecine et de l’hypnose. Il est composé de trois grandes parties : Aspects théoriques, historiques et anthropologiques ; Le traitement des douleurs ; L’hypnose et la douleur morale.

Cet article correspond au chapitre 18 de l’ouvrage. Le docteur Laurent Balp opère tout d’abord une clarification des différentes douleurs, avant d’émettre des hypothèses de prise en charge de celles-ci par l’hypnose. Il détaille ensuite avec précision les étapes indispensables à la mise en place d’une thérapie hypnotique et montre enfin les obstacles rencontrés par les soignants face à leurs patients, ainsi que les limites imposées par les institutions.

La différenciation qu’il met en évidence entre douleurs par excès de « nociception » et « douleurs mécaniques » (cit.p.182), et l’inventaire qu’il fait des symptômes ressentis par les patients mènent les soignants à réfléchir à une autre solution que les médicaments pour traiter les malades.

Lorsqu’il évoque minutieusement les étapes par lesquelles les médecins concernés doivent passer avant le recours à l’hypnose, il les aide à « familiariser les patients à la technique sans les effrayer » (cit.p.184).

Puis il souligne des « résultats encourageants » « quand les personnes passent du statut de patient à celui de sujet » (cit.p.184). Il valorise ainsi le « fait [qu’elles aient] un pouvoir sur [leur] douleur ». Il montre une grande lucidité en soulignant la lenteur des traitements et l’inégalité des réactions entre les sujets, et ne leurre personne lorsqu’il précise que peu de thérapeutes sont assez bien formés.

Son expérience est ainsi un encouragement pour les soignants à tenter d’autres voies que celle de l’allopathie.

Pénélope Giordano

On peut lire ce chapitre pour 2 € sur le site d’Artelittera 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *