Vincent Placoly : un écrivain de la décolonisation, sous la direction de Jean-Jacques Chali et Axel Artheron

“L’auteur au miroir de l’œuvre : une poétique de décentrement”, de André Claverie

Jean-Jacques Chali est Maître de Conférences en Littérature Comparée ; Axel Artheron, docteur en études théâtrales. Ils dirigent en 2014, un ouvrage intitulé Vincent Placoly : un écrivain de la décolonisation. Vincent Placoly, écrivain martiniquais, a eu pour professeur de philosophie René Ménil, compagnon d’armes d’Aimé Césaire. Il a consacré sa vie à ses trois passions : l’écriture, le militantisme et l’enseignement.

Le chapitre 3,” L’auteur au miroir de l’œuvre : une poétique de décentrement”, écrit par André Claverie, aborde le thème du centre, que l’auteur étudie à travers le roman Frères Volcans de Vincent Placoly.

Si le centre des pays colonisés était autrefois l’Europe, André Claverie explique, dans la première partie de l’article, que leurs peuples chercheraient à présent un centre qui leur serait propre. Les chercheurs, historiens et étudiants intéressés par l’histoire de l’Afrique trouveront satisfaction dans ce texte. Grâce à l’analyse de Frères Volcans, Claverie étudie le rapport entre Histoire et écriture : il explique ainsi, à la page 54, que les écrivains tendent à supplanter les historiens en mêlant, au sein même de leurs récits, Histoire et intimité, pour décrire au mieux l’évolution de l’Afrique et en donner une interprétation plus étoffée.

Ce pouvoir progressif des romanciers sur les historiens mène à une double volonté de la part des peuples anciennement colonisés : affirmer leur autonomie et se différencier de leur ancienne métropole. Claverie explique, avec justesse et précision, comment Vincent Placoly illustre, dans son roman, la prise d’écart par rapport aux formes dominantes : l’œuvre serait en effet « une suite de ruptures, de détours et de périphrases » qui éloignerait la culture antillaise de « ses marges historico-culturelles » (cit.p.53).

Prise d’écart, également, par rapport à l’Histoire. Frères Volcans offre en effet, d’après André Claverie, une nouvelle vision des événements de 1848, en décentrant la période de l’abolition de l’esclavage. Il écarte en effet de son œuvre nombre d’événements historiques, en particulier « l’arrivée du décret du 27 avril » qui apporte l’abolition de l’esclavage en France. « Refoulement de l’histoire » « par les colons » ? « Vue surplombante affranchie de l’événementiel » ? (cit.p.54-55) Grâce à ces deux hypothèses, l’auteur offre au lecteur la liberté de décider. L’Histoire, au sens historique du terme, laisserait ainsi la place à l’histoire, au sens narratif. Cette hypothèse est confirmée à la page 55, lorsque Claverie rapproche travail d’historien et travail d’écrivain. Il clarifie ses propos grâce à une analogie : la démarche historique, consistant à façonner le passé et l’avenir des Antilles, est comparée à l’importante inventivité du romancier.

Cette créativité littéraire mène à un décentrement de la parole dans Frères Volcans. Là où le lecteur s’attend au point de vue d’un Afro-Antillais qui cherche l’affranchissement, il trouvera celui d’un Blanc créole, d’un « colon déconnecté de l’histoire » (cit.p.56). Décentrement de la parole, qui entraîne nécessairement celui de l’identité. Le personnage est flou, « non-acteur » (cit.p.56), uniquement symbolisé par une « voix-off », signe d’un flou identitaire, « d’une perte de maîtrise ». Ce flou, cette dématérialisation le place, paradoxalement, au centre de l’Histoire : il devient une voix collective, un porte-parole pour tous les autres peuples.

C’est précisément ce paradoxe qui fait le génie de Vincent Placoly. Comme l’analyse finement Claverie, l’identité devient, dans Frères Volcans, une ouverture à autrui, aux autres peuples, aux autres cultures et individus, ainsi qu’aux différences. Toutefois, l’ouverture est double : s’il s’agit avant tout d’une ouverture aux autres, Claverie ne manque pas de rappeler le questionnement qu’opère le colonisateur de Placoly envers lui-même. Il se montrerait ainsi sévère envers sa propre attitude, allant jusqu’à se fondre dans la communauté noire. Ce constat ravira les lecteurs avides d’explications quant au comportement du colon qui semble ici se décentrer de lui-même pour s’ouvrir à l’autre.

Vous pouvez lire cet article et tous les autres chapitres d’André Claverie sur le site d’Artelittera, au prix de 4 €

Pénélope Giordano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *