La Chine en cinq éléments, d’Yves Tessier

Titre : La Chine en cinq éléments d’Yves Tessier, Les Presses de l’Université Laval, 2010, 372 pages, ISBN : 9782763711140 (PDF). Texte de langue française.

 

En cette première semaine de janvier 2018, où le président de la République française rencontre son homologue chinois pendant trois jours, il est bon de faire un point sur notre culture chinoise. Si l’on peut éprouver une fascination par l’Empire du Milieu, force est de constater que nous manquons de point de repères historiques, culturels, géographiques ou autres sur l’histoire d’une civilisation âgée de plus de 5000 ans. Yves Tessier, historien et enseignant au Québec, reconnaît que ses différents voyages en Chine sont motivés par un immense désir de curiosité intellectuelle.

L’auteur de La Chine en cinq éléments tente de dresser un panorama de la Chine, celle d’aujourd’hui et celle plus traditionnelle de l’époque impériale. Si l’on prend, par exemple, le premier chapitre de l’ouvrage qui compte 100 pages (à télécharger pour 5€) le lecteur se familiarise progressivement avec un territoire caractérisé par une diversité des cultures et des ethnies qui contraste fortement avec le souci d’homogénéité d’une démocratie à la française, par exemple. La Chine est une mosaïque, s’efforçant d’assembler les différences, non pas de les absorber pour les réduire, mais voulant les organisant sous une même bannière : hier, celle de l’Empire, aujourd’hui celle du Parti communiste chinois. Dans le chapitre 1, il est principalement question de l’époque impériale, très intéressant si l’on veut comprendre d’où vient la Chine d’aujourd’hui.

Sur le plan administratif, la Chine se divise en 22 provinces (23 si l’on ajoute Taïwan, comme le fait Beijing) auxquelles s’additionnent les
4 municipalités autonomes Beijing, Tianjin, Shanghai et Chongqing ainsi que les 5 régions autonomes : la Mongolie-Intérieure, le Ningxia,
le Tibet, le Xinjiang et le Guangxi. La Chine compte également deux régions administratives spéciales : Hong Kong (quelque 7 000 000 habitants)
et Macao (500 000 habitants).
La région administrative spéciale de Hong Kong date de 1997 et celle de Macao, de 1999. Selon la Loi fondamentale de la région administrative
spéciale de Hong Kong, adoptée en avril 1990 et étendue à Macao, le gouvernement chinois pratique à l’égard de Hong Kong la politique dite « un État, deux systèmes ». En vertu de cette convention, la Chine garde son propre système (appelé socialisme de marché) alors que Hong Kong et Macao continueront d’évoluer selon les principes du capitalisme.” (page 11)

C’est un ouvrage de vulgarisation qui est rempli de références, de notations, de chiffres à la clé et comporte un grand nombre de notes en bas de pages dans lesquelles l’auteur apporte des précisions. La Chine devenant prochainement la première puissance économique mondiale mérite qu’on s’intéresse à elle, à travers son histoire et sa culture. La lecture de cet ouvrage érudit, mais à la portée de tous, est à recommander car il offre au lecteur la possibilité de combler ses manques de connaissances vers un pays d’Orient, à la fois si éloigné et si proche de la vieille Europe.