J’ai toujours su que j’étais Artaud le mort, de Jacob Rogozinski

A lire sur artelittera.com

 

La revue Europe : Antonin Artaud

Jacob Rogozinski est philosophe et professeur à l’Université de Strasbourg. Il publie, dans la revue Europe en 2002, un article sur Antonin Artaud et son rapport à la mort.

Dans le chapitre 9 de la revue Europe : Antonin Artaud, intitulé « J’ai toujours su que j’étais Artaud le mort », Jacob Rogozinski guide le lecteur dans le paysage mental d’Antonin Artaud. Il montre un soin extrême à respecter la complexité du rapport de l’auteur à la mort, tout en en facilitant l’accès. En analysant les écrits qu’il évoque, avec plusieurs angles d’attaque, il ouvre à son lecteur différentes interprétations possibles. Pour ce faire, il s’interroge sur les causes de la dissociation psychique dont parle Artaud : peut-être s’agit-il d’une « invention poétique » (108) ou la conséquence « d’un électrochoc » (108) subi pendant un internement psychiatrique, ou encore d’une « inflexion paranoïde »(109) ? Il creuse une autre piste en invoquant l’irruption du fantastique, puisqu’il compare Artaud à des personnages « d’Edgard Poe et de Kafka » (110). Le philosophe, en ouvrant ces quatre pistes au lecteur, lui laisse la liberté de celle.s qu’il veut privilégier : il propose sans imposer. Il s’intéresse aux premiers écrits d’Artaud : il place ainsi son étrange phrase sur le suicide – « ON m’a suicidé » (cit.p.107) – au sein de réflexions faites auparavant par divers philosophes à propos « d’une mort antécédente » (cit.p.107). Il s’efforce d’en saisir l’aspect singulier qu’il souligne avec justesse lorsqu’il parle de « l’étrange expérience » d’Artaud, toujours à la page 107.

Pour rappeler que la mort est chez ce dernier un sentiment de dépossession, qu’il se sent mort tout en étant vivant, il s’appuie sur Correspondance de la momie, paru en 1927. Artaud décrit dans ce passage l’immobilité totale de sa main, comme s’il avait une main morte dans un corps vivant. Jacob Rogozinski mentionne, à propos de l’expérimentation d’un toucher réciproque, le nom de Merleau-Ponty qui parle de « chiasme charnel » (cit.p.108). Il identifie, de manière claire et précise, le problème de l’auteur comme une rupture du chiasme, et il place cette expérience individuelle au sein d’une pensée universelle : cette rupture symbolise selon lui la mort que refuse tout être humain. Le chiasme charnel est expliqué, avec une grande minutie, comme la chair qui touche une autre chair, sans pouvoir l’identifier comme l’élément d’un même corps. De là la sensation d’Artaud de « s’éprouver comme un autre » (cit.p.108).

Cet « Autre » dont parle Artaud est selon lui l’acteur de la mort. Il définit celle-ci comme « l’action malfaisante d’un Autre, de cet Autre nommé Dieu », à la page 112. Voulant mourir par lui-même, il rapproche la mort du désir sexuel. Jacob Rogozinski explique, de manière claire et détaillée, à la page 114, l’autre lien entre écriture et sexe : Artaud compare en effet sa pratique de l’écriture à la jouissance sexuelle. Pour ce thème, Rogozinski s’appuie sur les Cahiers de Rodez. Il prouve l’attachement d’Artaud à l’immortalité du corps en le présentant comme totalement pur, « sans brisure, sans aucun écart à soi » (cit.p.115). Il termine son article en soulignant une contradiction entre cette aspiration et l’éventuel renoncement à celle-ci.

Vous pouvez lire ce chapitre, ainsi que les autres articles de Jacob Rogozinski sur le site d’Artelittera, au prix de 2 €.

Pénélope Giordano

Étranges récits, étranges lectures, de Rachel Bouvet

A lire sur artelittera.com

 

Rachel Bouvet est professeure au Département de littérature à l’UQÀM – Université du Québec À Montréal. Elle fait paraître, en 2007, l’ouvrage Étranges récits, étranges lectures – Essai sur l’effet fantastique aux Presses de l’Université Québec.

Les lecteurs passionnés par le fantastique auront plaisir à découvrir le chapitre 2, « Les procédés de l’effet fantastique ». Dans ce chapitre, Rachel Bouvet s’intéresse non pas au genre fantastique en lui-même, mais à l’effet qu’il produit sur le lecteur. Pour ce faire, elle s’appuie sur différents auteurs. Elle mentionne, en premier lieu et avec justesse, les noms de Maupassant et Poe, deux grandes références du genre fantastique. Elle explique qu’ils ont chacun leur propre point de vue quant au ressenti du lecteur : Maupassant parle du doute et de l’hésitation ; Poe insiste sur l’aspect court de la nouvelle, qui facilite selon lui l’effet fantastique.

Rachel Bouvet montre ensuite l’intérêt que porte Riffaterre, un linguiste français, aux « réactions des lecteurs face à un texte littéraire » (cit.p.66). Elle différencie toutefois leurs démarches, en précisant que si Riffaterre a choisi de s’intéresser à des poèmes, elle a pour sa part préféré la forme brève. Il est intéressant de rappeler que l’effet fantastique a lieu non grâce à un procédé unique, mais grâce à un ensemble de procédés qui le fait agir sur la totalité du récit. La forme brève choisie par l’auteure de l’article est donc ici tout à fait fondée.

Elle s’attache à décrire un aspect important du récit fantastique, et pourtant peu étudié : le suspense. Elle montre que ce procédé, lié à la forme brève, favorise la rapidité de lecture. De ce fait, elle rassure les lecteurs qui éprouveraient des réticences à lire ce genre littéraire. Elle ne néglige cependant nullement les exceptions en terme de longueur et rappelle que The Turn of the Screw d’Henry James et Malpertuis de Jean Ray sont des novellas, c’est-à-dire des romans courts.

Elle se penche enfin sur les procédés de l’effet fantastique, qu’elle associe, tout en les décomposant pour mieux les étudier, à différentes œuvres. Cette explication, appuyée par des exemples, permet de mieux cerner les effets produits par le fantastique au cours de la lecture. Elle décrit ainsi, de manière minutieuse, le suspense présent dans Ligeia d’Allan Poe de la page 71 à la page 84. Puis elle analyse l’ambiguïté dans La Vénus d’Ile de Prosper Mérimée de la page 84 à la page 101. Elle souligne la fragilité du cadre de référence dans L’Intersigne de Villiers de L’Isle-Adam aux pages 120 et 121 – où la version d’un événement change selon le point de vue –, voire la disparition totale de l’espace dans La Ruelle ténébreuse de Jean Ray pages 121 à 142, et les jeux de l’espace dans Héloïse d’Anne Hébert, aux pages 143 à 159, qui présente le passage continuel d’un lieu à un autre, dans le but de perdre le lecteur. Ce chapitre est très complet : Rachel Bouvet y expose avec une riche argumentation un grand nombre d’aspects du fantastique. Vous pouvez lire ce chapitre, et tous les autres de l’ouvrage de Rachel Bouvet sur le site d’Artelittera, au prix de 2 €.

Pénélope Giordano

Habiter le monde – Martinique 1946-2006, de Marie-Hélène Léotin

Chapitre 12 : “Les partis politiques : entre assimilation et réformisme”

Marie-Hélène Léotin est journaliste et enseignante d’histoire-géographie au lycée Franz Fanon de Trinité, une commune française située en Martinique. Elle a été membre de l’AGEM, l’Association Générale des Etudiants Martiniquais, en France. Elle est aujourd’hui journaliste et militante pour le CNCP – Conseil National des Comités Populaires –, un parti d’extrême-gauche qui lutte pour l’indépendance de la Martinique. Elle publie, en 2008, aux éditions Ibis Rouge, l’ouvrage Habiter le monde – Martinique 1946-2006.

Le chapitre 12, “Les partis politiques : entre assimilation et réformisme”, présente le désir d’une assimilation positive par la Fédération Martinique du Parti communiste français. Les populations colonisées revendiquent en effet, par le biais de l’assimilation, une prise d’indépendance par rapport à la métropole qui les tenait sous son joug, tout en conservant les mêmes droits que les citoyens français. Leur volonté : devenir un département français à part entière. Pour ce faire, ils mettent en avant le principe d’assimilation, qu’ils justifient en huit points, aux pages 34-35, des « conditions pour la mise en place d’une démocratie » à la « lutte pour l’égalité des droits ». Cela montre une évolution positive qui laisse un espoir quant à l’indépendance de la Martinique dans les années 1970.

Marie-Hélène Léotin mêle « assimilationnisme et paternalisme » (cit.p.35), puisqu’elle accueille favorablement diverses personnalités Françaises, en particulier Victor Shoelcher, homme politique français qui a fait abolir l’esclavage au XIXe siècle. L’assimilationnisme, propre au Parti communiste, offre selon elle une égalité des droits entre le Parti et la colonie.

A la page 36, elle fait preuve d’une grande lucidité en remontant soixante ans en arrière pour présenter deux aspects du Parti : sa volonté d’accorder des libertés au peuple, qui côtoie le désir d’infantiliser ce même peuple. Elle montre le basculement opéré en 1946 suite à la mise en avant du Parti communiste grâce à des cérémonies en l’honneur de la naissance de Victor Shoelcher, tout en rappelant les tentatives de révolte, dès 1789, par des Noirs, contre la décision d’une assimilation totale.

Les pages 55 et 56 témoignent enfin d’un tournant marqué par l’apparition des fondateurs de la créolité : Marie-Hélène Léotin rapporte ainsi une analyse de l’assimilation faite par cette créolité, qui met en évidence sa prise de conscience quant à la confusion entre « liberté » et « assimilation », puis entre « liberté » et « francisation » (cit.p.36). Cette confusion serait liée au passage de la Martinique d’une société rurale à une société urbaine suite aux colonies françaises.

Vous pouvez lire cet article, ainsi que tous les autres chapitres de l’œuvre sur https://www.artelittera.com/fr/615-habiter-le-monde-martinique-1946-2006-de-marie-helene-leotin au prix de 2 €.

Pénélope Giordano

Vincent Placoly : un écrivain de la décolonisation, sous la direction de Jean-Jacques Chali et Axel Artheron

“L’auteur au miroir de l’œuvre : une poétique de décentrement”, de André Claverie

Jean-Jacques Chali est Maître de Conférences en Littérature Comparée ; Axel Artheron, docteur en études théâtrales. Ils dirigent en 2014, un ouvrage intitulé Vincent Placoly : un écrivain de la décolonisation. Vincent Placoly, écrivain martiniquais, a eu pour professeur de philosophie René Ménil, compagnon d’armes d’Aimé Césaire. Il a consacré sa vie à ses trois passions : l’écriture, le militantisme et l’enseignement.

Le chapitre 3,” L’auteur au miroir de l’œuvre : une poétique de décentrement”, écrit par André Claverie, aborde le thème du centre, que l’auteur étudie à travers le roman Frères Volcans de Vincent Placoly.

Si le centre des pays colonisés était autrefois l’Europe, André Claverie explique, dans la première partie de l’article, que leurs peuples chercheraient à présent un centre qui leur serait propre. Les chercheurs, historiens et étudiants intéressés par l’histoire de l’Afrique trouveront satisfaction dans ce texte. Grâce à l’analyse de Frères Volcans, Claverie étudie le rapport entre Histoire et écriture : il explique ainsi, à la page 54, que les écrivains tendent à supplanter les historiens en mêlant, au sein même de leurs récits, Histoire et intimité, pour décrire au mieux l’évolution de l’Afrique et en donner une interprétation plus étoffée.

Ce pouvoir progressif des romanciers sur les historiens mène à une double volonté de la part des peuples anciennement colonisés : affirmer leur autonomie et se différencier de leur ancienne métropole. Claverie explique, avec justesse et précision, comment Vincent Placoly illustre, dans son roman, la prise d’écart par rapport aux formes dominantes : l’œuvre serait en effet « une suite de ruptures, de détours et de périphrases » qui éloignerait la culture antillaise de « ses marges historico-culturelles » (cit.p.53).

Prise d’écart, également, par rapport à l’Histoire. Frères Volcans offre en effet, d’après André Claverie, une nouvelle vision des événements de 1848, en décentrant la période de l’abolition de l’esclavage. Il écarte en effet de son œuvre nombre d’événements historiques, en particulier « l’arrivée du décret du 27 avril » qui apporte l’abolition de l’esclavage en France. « Refoulement de l’histoire » « par les colons » ? « Vue surplombante affranchie de l’événementiel » ? (cit.p.54-55) Grâce à ces deux hypothèses, l’auteur offre au lecteur la liberté de décider. L’Histoire, au sens historique du terme, laisserait ainsi la place à l’histoire, au sens narratif. Cette hypothèse est confirmée à la page 55, lorsque Claverie rapproche travail d’historien et travail d’écrivain. Il clarifie ses propos grâce à une analogie : la démarche historique, consistant à façonner le passé et l’avenir des Antilles, est comparée à l’importante inventivité du romancier.

Cette créativité littéraire mène à un décentrement de la parole dans Frères Volcans. Là où le lecteur s’attend au point de vue d’un Afro-Antillais qui cherche l’affranchissement, il trouvera celui d’un Blanc créole, d’un « colon déconnecté de l’histoire » (cit.p.56). Décentrement de la parole, qui entraîne nécessairement celui de l’identité. Le personnage est flou, « non-acteur » (cit.p.56), uniquement symbolisé par une « voix-off », signe d’un flou identitaire, « d’une perte de maîtrise ». Ce flou, cette dématérialisation le place, paradoxalement, au centre de l’Histoire : il devient une voix collective, un porte-parole pour tous les autres peuples.

C’est précisément ce paradoxe qui fait le génie de Vincent Placoly. Comme l’analyse finement Claverie, l’identité devient, dans Frères Volcans, une ouverture à autrui, aux autres peuples, aux autres cultures et individus, ainsi qu’aux différences. Toutefois, l’ouverture est double : s’il s’agit avant tout d’une ouverture aux autres, Claverie ne manque pas de rappeler le questionnement qu’opère le colonisateur de Placoly envers lui-même. Il se montrerait ainsi sévère envers sa propre attitude, allant jusqu’à se fondre dans la communauté noire. Ce constat ravira les lecteurs avides d’explications quant au comportement du colon qui semble ici se décentrer de lui-même pour s’ouvrir à l’autre.

Vous pouvez lire cet article et tous les autres chapitres d’André Claverie sur le site d’Artelittera, au prix de 2 €

Pénélope Giordano

Grande Guerre et colonie : Le cas guyanais, de Oddon Abbal

 

Odon Abbal est docteur en Histoire et membre du Centre d’Histoire militaire de Montpellier. Il a publié de nombreux articles sur la Grande Guerre dans diverses revues. En 2014, il fait paraître le livre Grande Guerre et colonie : Le cas guyanais aux éditions Ibis Rouge. Le chapitre étudié décrit les conséquences de la Première Guerre mondiale sur la Guyane et sa colonie.

Odon Abbal, dans le chapitre 2 intitulé “Les Premiers effets du conflit” renseigne le lecteur sur les conséquences économiques de la Première Guerre mondiale constatées en Guyane. Il analyse les attitudes de la population guyanaise et celles de ses dirigeants, affichées depuis le début du conflit jusqu’en 1915, tout en réduisant son champ d’investigation à une année. Cette approche lui permet de réaliser une observation minutieuse et quotidienne de l’évolution des deux comportements précédemment cités.

Il souligne une évolution très progressive de l’implication de la région dans le conflit : elle était passive, mais devient active contre son gré. D’abord « lointaine spectatrice » (cit.p.25), elle voit son quotidien bouleversé par « l’effort de guerre » « qui perturbe les circuits de distribution habituels » (ibid).

Il montre les conséquences de la rupture des liaisons entre la métropole et les commerçants Guyanais, en soulignant la pénurie des produits de première nécessité qui s’ensuit. Il met l’accent sur l’augmentation des prix entraînée par la rareté des produits, qui « augmente les difficultés du quotidien » (cit.p.27). Les recettes liées à la colonie restent à quai, d’où l’aggravation de la crise financière. Suite au ralentissement des échanges, « la banque de Guyane a immédiatement accordé des avances aux producteurs au taux de 6 % » (ibid). Abbal explique que « l’élan patriotique qui a gagné tout le monde » (ibid) a encouragé la banque à aider la population.

Autre conséquence mise en lumière par l’auteur : l’isolement de la colonie. En effet, celle-ci n’est plus reliée « mensuellement à la métropole que par la compagnie générale transatlantique, par Saint-Nazaire et Bordeaux » (cit.p.28). Odon Abbal rapporte qu’en « 1915 », « la pénurie des ressources consommables s’est rajoutée à la pénurie des revenus » (cit.p.29). Il fait le lien entre les deux éléments, ce qui intéressera les historiens spécialisés sur la Guyane.

Il insiste enfin, dans la dernière partie de l’article, sur l’étrange enthousiasme qui a gagné les habitants à l’annonce de l’entrée en guerre du pays. « Le moral est bon », « la guerre actuelle a produit une bonne impression », « les habitants de la commune se réjouissent des premiers succès français » (cit.p.34). Il explique cet engouement par « des sentiments patriotiques » (ibid) qui encouragent la population à participer aux combats. Ces sentiments se heurtent toutefois à de graves difficultés financières caractérisées par une soudaine hausse des prix dans les commerces : il présente un tableau des différents produits alimentaires et d’usage quotidien qui met en évidence des augmentations allant de 9 à 37,5 %. Autre difficulté rencontrée : l’insécurité causée par « la menace de la population pénale » (cit.p.36). Les bagnards sont en effet soumis à des « chefs d’inculpation » « multiples » (ibid).

A chaque problème soulevé, une solution est cherchée : emploi des transportés aux travaux agricoles, obtention de primes par les agriculteurs…Odon Abbal montre ainsi, avec une précision sans failles, que les Guyannais et les métropolitains se sont unis en 1917 pour mener la guerre de front.

Odon Abbal montre son souci d’analyse des données économiques et de mise en lumière des comportements humains liés à la situation de guerre.

Vous pouvez lire cet article et tous les autres chapitres de l’œuvre sur le site d’Artelittera, au prix de 2 € :

Pénélope Giordano