Ma thèse en 180 secondes : la finale

MT180_logo+sign_RGB

Nous traitions, lors d’un précédent article, du concours MT180 (ma thèse en 180 secondes) qui consiste en la présentation de sujets de thèses par des chercheurs en seulement 3 minutes. La CPU et le CNRS sont les organisateurs de ce concours.

Les 27 demi-finalistes se sont confrontés le 14 juin 2017 à la maison de la radio à Paris lors de l’étape ultime.

Le jury était composé de :

  • Sophia Aram, journaliste humoriste, France Inter
  • Mathieu Buonafine, doctorant, gagnant de la finale nationale de l’édition 2016
  • Frédéric Courant, journaliste scientifique, présentateur des émissions de vulgarisation scientifique « L’esprit sorcier » et « C’est pas sorcier »
  • Marie-Christine Lemardeley, Adjointe à la Maire de Paris chargée de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Vie étudiante
  • Bruno Maquart, Président d’Universcience
  • Anne-Virginie Salsac, chargée de recherche CNRS à l’Université de technologie de Compiègne (UTC)

Les 3 gagnants ont ainsi prouvé leurs qualités d’éloquence et leur capacité à rendre accessibles les sujets de leurs thèses, qui leur demandent pourtant de longues années de recherche.

Voici leurs prestations :

3ème prix : Olivier Chabrol, représentant du regroupement Aix-Marseille Université, avec sa thèse sur les « Méthodes informatiques de détection de signatures moléculaires de convergence évolutive ».

2ème prix : Davina Desplan, finaliste du regroupement Université Paris Seine. Elle accède ainsi à la finale internationale grâce à sa thèse « Caractérisation mécaniques et électriques de produits cosmétiques ».

1er prix : Sabrina Fadloun, finaliste du regroupement Communauté Université Grenoble Alpes, grâce à la présentation de sa thèse « Étude d’un procédé de dépôt de cuivre par MOCVD pour la réalisation de vias traversants à fort facteur de forme pour l’intégration 3D ».

Nous félicitions le trio gagnant mais aussi l’ensemble des participants, dont chaque présentation était unique et intéressante à regarder.

Les retombées médiatiques de ce concours, ainsi que sa mise en avant sur les réseaux sociaux a permis une mise en lumière ainsi qu’une vulgarisation de la recherche scientifique auprès du grand public.

Artelittera se sent très concerné par la recherche scientifique, et propose donc aux chercheurs une base de téléchargement de chapitres de livres qui facilite grandement la recherche documentaire.

Pour en savoir plus sur le concours « MT180 », rendez-vous sur le site officiel : http://mt180.fr/.

Une thèse sous la forme d’un album de rap

obasi_shaw

 

Il s’appelle Obasi SHAW, il a 20 ans et il étudie la poésie à Harvard, en troisième année. Il a présenté cette année sa thèse de fin d’études sur un support étonnant et inédit. Il ne s’agit pas d’un dossier classique de 300 pages mais… d’un album de rap !

Le déroulé des 10 chansons qui composent l’album s’inspire des « Contes de Canterbury » de Geoffrey Chaucer. En effet, chaque chanson représente un point de vue face au sujet de sa thèse : « la discrimination envers les noirs ».

Obasi SHAW dit à « Harvard Gazette », que :

“Les Noirs aux Etats-Unis sont en quelque sorte coincés entre la liberté et l’esclavage. Ils sont libres mais les effets de l’esclavage existent encore dans la société et dans le subconscient des gens. Chaque chanson est une exploration de la liminarité noire, située entre esclavage et liberté.”

Il dit aussi qu’il « ne pensait jamais que son album de rap soit accepté par Harvard ». Mais sa prise de risque a payé puisqu’il obtenu, avec son album de rap, la meilleure note à l’examen : un A avec mention « Summa Cum Laude Minus ».

Obasi SHAW a posté sa production « Liminal Mind » sur Sound Cloud. Vous pouvez l’écouter via le lien suivant : https://soundcloud.com/obasishaw/sets/liminal-minds.

Artelittera, qui propose depuis 2010, grâce à sa base documentaire composée de chapitres de livres universitaires, une aide à la rédaction de thèse, vous interroge :
  • Que pensez-vous de ce support pour la présentation d’une thèse ? Trouvez cela original ? Osé ? Adapté au sujet choisi ? Inapproprié ?
  • Faut-il innover au niveau du contenu ou du support quant à la rédaction d’une thèse de fin d’études ?

Enseignement : les projets d’Emmanuel MACRON

Visuel 2 article 2

Emmanuel MACRON est, avec 66% des suffrages, président de la république française depuis le 7 mai dernier.

Vous êtes étudiant et souhaitez savoir quelles sont les projets de notre nouveau président qui vous concernent directement ?

 

Artelittera vous en liste quelques uns :

BACCALAUREAT : une nouvelle forme et plus de contrats en alternance

Emmanuel MACRON souhaite « revoir la forme du baccalauréat » dans le but de « rendre possible de nouvelles formes d’organisation du temps scolaire et de nouveaux parcours », qui « prépareront mieux à la poursuite d’études et à l’insertion professionnelle ». « Modernisé », le BAC comporterait dorénavant 4 matières obligatoires.

Le président souhaite également développer les contrats en alternance en proposant plus de 100 000 places au sein de « nouvelles filières professionnalisantes », principalement au sein de lycées professionnels.

 

Rétablissement des bourses au mérite

MACRON propose de rétablir les bourses au mérite pour les étudiants ayant reçu une mention « très bien » au baccalauréat.

 

Davantage de logements pour les jeunes

Le président souhaite rendre accessible le logement aux étudiants et aux jeunes actifs avec la construction de 80 000 logements qui leur seraient destinés.

 

Un accès à la culture facilité

Le nouveau président souhaite mettre en place un « pass culture » de 500€ pour tous les mineurs.

 

Un dévéloppement des projets ERASMUS

MACRON entend aussi élargir le nombre d’étudiants ERASMUS grâce à un « statut européen de l’apprenti, qui facilitera leur mobilité ».

 

Enseignement supérieur : davantage de budget

MACRON a aussi pour projet d’aider financièrement des établissements de l’enseignement supérieur par le biais de « cofinancements européens et privés ». Il aimerait aussi renforcer les « partenariats entre les entreprises et la recherche publique ».

 

La fin de NUMERUS CLAUSUS

Concernant les études supérieures dans le domaine de la santé, M. MACRON souhaite mettre un terme au dispositif « numerus clausus », qu’il trouve « périmé » et « injuste ».

 

Une sélection à l’entrée des universités plus cadrée

MACRON demande à ce que « chaque filière du supérieur puisse déterminer les pré requis indispensables à l’entrée » afin de préparer les candidats potentiels « soit au baccalauréat, soit par des cours d’été ou des modules complémentaires pendant un semestre universitaire ».

 

MASTER : un aménagement de cursus

Emmanuel MACRON souhaite élargir les « aménagements du cursus aux étudiants en stage, en alternance ou en activité professionnelle » ainsi qu’un élargissement d’horaires d’ouverture des bibliothèques universitaires afin de faciliter l’accès des étudiants à leurs recherches.

De même, l’accès à des nouveaux formats documentaires (fichier PDF à télécharger) va bénéficier de nouvelles dynamiques. Artelittera offre aux étudiants et enseignants chercheurs une base documentaire de plus de 10 000 références, accessible en ligne  24h/24 et 7 jours / 7 !

L’université d’Europe Centrale menacée par le gouvernement hongrois

Georges Soros : le milliardaire philanthrope

C-RDEvQVoAARCiXGeorges Soros est un financier milliardaire américain d’origine hongroise connu pour ses activités de spéculation sur les devises et actions, qui lui ont valu le surnom de « l’homme qui a fait sauter la banque d’Angleterre ». A 86 ans, il est à la tête d’une fortune estimée à 23 milliards de dollars, ce qui le classe à la 26ème place des plus grandes fortunes mondiales.

Au delà de son patrimoine, Georges Soros est aussi reconnu pour ses activités philanthropiques. En effet, il consacre une grande partie de sa fortune à la promotion d’idées libérales en militant notamment pour les droits de l’homme, l’éducation et l’aide aux migrants.

Des projets à vocation démocratique

En 1979, il a fondé l’Open Society Institute, devenue depuis l’Open Society Foundation, qui a pour but de promouvoir les droits de l’homme et la gouvernance démocratique.

Georges Soros a créé en 1991, à Budapest, la prestigieuse Université d’Europe Centrale qui repose sur les valeurs démocratiques de l’Open Society Foundation. L’établissement propose des MASTERS et doctorats dans les domaines du droit, du commerce, du management, des sciences sociales, publiques et environnementales ainsi que des mathématiques. Ces diplômes sont accrédités à la fois en Hongrie et aux Etats Unis.

Une majeure partie des 1 500 étudiants de l’université, venant de plus de 100 pays différents, ont eu accès à leur formation grâce aux bourses offertes par l’Open Society Foundation du milliardaire.

La menace du gouvernement hongrois

Si Georges Soros est au cœur de l’actualité, c’est parce que l’existence de son université est menacée par le gouvernement en place.

Viktor Orban, premier ministre hongrois, connu pour ses idées conservatrices et eurosceptiques, souhaite fermer l’Université d’Europe Centrale. Pour ce faire, il s’appuie sur une loi visant à priver de licence les instituts d’enseignement étrangers qui ne disposent par de campus dans leur pays d’origine.

Plusieurs manifestations ont eu lieu depuis cette annonce. 900 universitaires du monde entier, dont 18 Prix Nobel, ont signé une pétition demandant le retrait de cette loi qui représente, selon eux, une atteinte aux droits de l’homme. Le 9 avril dernier, ce sont 80 000 manifestants qui ont défilé dans les rues hongroises pour montrer leur mécontentement.

Artelittera s’intéresse de près à cette actualité qui représente un cas concret de sciences politiques, en exposant le jeu des rapports de pouvoir entre l’Etat et les individus. D’ailleurs pour soutenir la résistance des intellectuels hongrois, Artelittera met en ligne des ebooks aux chapitres de deux maisons d’édition hongroise. Si vous aussi vous vous intéressez aux sciences politiques et souhaitez améliorer vos connaissances dans le domaine, n’hésitez pas à accéder à notre base documentaire en sciences politiques.

Vous qui lisez cet article, que pensez-vous de cette actualité ? Quelles sont vos idées et pensées face à cet événement ?

Ma thèse en 180 secondes

MT180_logo+sign_RGB

 

« Ma thèse en 180 secondes » est un concours d’éloquence et de vulgarisation qui permet à des doctorants de présenter, de façon simple et rapide, leurs sujets de recherche auprès d’un auditoire profane et diversifié.

Chaque étudiant dispose de 3 minutes, pas une de plus, pour présenter sa thèse et chercher à convaincre l’auditoire de son projet de recherche. Le seul support autorisé est une diapositive.

La mise en lumière de ce concours permet d’attirer l’attention du public sur la recherche actuelle.

Historique du concours

A l’initiative du projet, une université du Queensland, en Australie, qui a conçu en 2012 :« Three minute thesis ». Le concept a ensuite été repris en 2014 par une association québécoise qui l’étend à quatre pays francophones : la France, le Maroc, la Belgique et le Québec. En 2015, le Burkina-Faso, le Cameroun, le Sénégal et la Tunisie intègrent le projet. Puis s’y ajoutent en 2016 le Bénin, l’Indonésie et la Suisse.

Pour mieux comprendre le concept, découvrez les captivantes prestations des finalistes de l’édition 2016 :

1er prix :

Mathieu BUONAFINE qui présente sa thèse sur « l’étude du rôle de la Neutrophil Gelatinase Associated Lipocalin dans les effets cardiovasculaires de l’activation du récepteur minéralocorticoïde » :

2ème prix :

Bertrant COCHARD avec sa thèse « Réification, spectacle et imagification dans la philosophie de Guy Debord »

3ème prix :

Nicolas URRUTY avec sa thèse : « Impact de la réduction des pesticides sur le rendement du blé »

La rédaction de thèse est un travail de recherche long et complexe. Artelittera est ravi de faciliter l’étape de la recherche documentaire en proposant un téléchargement facile et rapide de chapitres de livres universitaires de toutes disciplines.

C’est avec hâte que nous attendons les prestations des candidats finalistes de l’édition 2017 !

Pour en savoir plus sur le concours « MT180 », découvrez le site officiel : http://mt180.fr/.

L’édition 2017

Les sélections régionales, faites par les 27 regroupements universitaires français, sont en cours de déroulement. S’en suivront les demi-finales le 13 juin prochain puis la finale française le 14 juin à Paris. Les deux heureux finalistes auront ensuite l’opportunité de présenter leurs thèses lors de la finale « pays francophones » qui se tiendra le 28 septembre à Liège en Belgique.